Nouvelles

La MRC de Pontiac tient à exprimer sa déception envers la décision rendue le 9 janvier dernier par la Commission canadienne de sûreté nucléaire autorisant les Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC) à Chalk River de construire une installation de gestion des déchets nucléaires près de la surface. Cette installation, qui recevra des matières radioactives pendant au moins 50 ans, sera située à proximité de la rivière des Outaouais.

À l’instar de la très grande majorité des villes et municipalités situées en aval de Chalk River sur les deux rives de la rivière des Outaouais, la MRC de Pontiac a adopté à l’unanimité une résolution d’opposition au projet en décembre 2021.

« Je suis préoccupée par la décision qui a été rendue dans ce dossier », indique Jane Toller, préfète de la MRC de Pontiac. « Le Conseil des maires a pris une position claire à l’encontre de ce projet et a demandé qu’il soit davantage éloigné de la rivière des Outaouais, qui est une importante source d’approvisionnement en eau potable ainsi qu’un attrait touristique majeur pour nos communautés, mais également les nombreuses municipalités situées sur les rives de la rivière. »

En juin 2022, lors des consultations publiques sur le projet, la MRC de Pontiac a exprimé à la Commission canadienne de sûreté nucléaire ses craintes de voir une telle installation à proximité de la rivière des Outaouais. La nature du site, avec ses ruisseaux qui se jettent dans la rivière, et la vulnérabilité de la région aux tremblements de terre, aux tornades et aux fortes pluies rendent le site choisi inacceptable aux yeux de la MRC.

« Les changements climatiques nous apportent des inondations printanières beaucoup plus fréquentes », ajoute la préfète Toller. « Dans l’éventualité d’une infiltration dans la rivière des Outaouais des radionucléides et des déchets dangereux entreposés dans l’installation, notre population subira un impact irréparable à la fois sur leur santé, mais également sur la santé de la rivière des Outaouais. Nous ne pouvons pas prendre ce risque pour notre génération présente mais également les générations futures. »

Enfin, la MRC de Pontiac se joint aux Peuples Algonquins et à Kitigan Zibi en déplorant le non-respect du gouvernement du Canada de ses engagements pris dans le cadre de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, qui stipule à l’article 29 (2) que « les États prennent des mesures efficaces pour veiller à ce qu’aucune matière dangereuse ne soit stockée ou déchargée sur les terres ou territoires des peuples autochtones sans leur consentement préalable, donné librement et en connaissance de cause. »

« Nous n’avons d’autres choix que de suivre les travaux de cette installation et de nous assurer que LNC respectera l’ensemble des engagements environnementaux qui lui sont imposés », de conclure la préfète de la MRC de Pontiac, Jane Toller.

Comments are closed.

Close Search Window